Boca de cenizas de Julie Pichavant

Boca de Cenizas Performance Julie Pichavant TFM Tampico Mexico

Boca de Cenizas offers sensitive cartography inspired by an investigation carried out on Colombian territory. Julie Pichavant went with the flow: the Río Quindio, the Río la Vieja, the Río Cauca, the Río Magdalena then the Atlantic Ocean … Magnificent and unbearable landscapes, revealing a tragic story: the murderous exploitation of the territory. The public accompanies the interpreter on an intimate and universal journey along the river. The performance confronts us with the consequences of wild extractivism. Social leaders, land defenders, indigenous communities are murdered with impunity. It is also a tribute to the rivers, to the exuberant nature, to life.
« When a masterpiece of man is destroyed, it is called vandalism, why when nature is destroyed it is so often called progress? Jane Goodall-Seeds of Hope.

Boca de Cenizas propone una cartografía sensible: el público acompaña al intérprete en un viaje íntimo y universal.
La narradora recorre su investigación sobre el territorio colombiano. Cuestiona los temas de la memoria, la infancia, los viajes, la ausencia, la explotación del territorio y la resistencia.
Este acción poética y política nos enfrenta al horror del extractivismo. También es un homenaje a los ríos, a la naturaleza exuberante, a la vida.

Boca de Cenizas propose une cartographie sensible inspirée d’une investigation menée sur le territoire Colombien. Julie Pichavant a suivi le courant: le Río Quindio, le Río la Vieja, le Río Cauca, le Río Magdalena puis l’océan Atlantique…Paysages magnifiques et insupportables, révélateurs d’une histoire tragique: l’exploitation meurtrière du territoire. Le public accompagne l’interprète dans un voyage intime et universel le long du fleuve. La performance nous confronte aux conséquences de l’extractivisme sauvage. Les leaders sociaux, les défenseurs du territoire, les communautés indigènes sont assassinés dans l’impunité. C’est aussi un hommage aux rivières, à la nature exubérante, à la vie.
« Lorsqu’un chef d’oeuvre de l’homme est détruit, cela s’appelle du vandalisme, pourquoi quand la nature est détruite cela s’appelle t’il si souvent progrès? » Jane Goodall-Seeds of Hope.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s